European Le Mans Series

1000 km Spa : Les réactions à l’issue de la course

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Simon Pagenaud, 1er en LMP1 : “Ce fut un week-end parfait et à ce point là, ça ne m’est pas arrivé si souvent que ça dans le passé. Lors de mon meilleur tour en course, il est évident que je roulais très vite mais tout en en gardant légèrement sous le pied. Il était hors de question de se mettre dans les graviers ou les rails. La course a été rendue difficile par les safety-cars. La Pescarolo étant sur une stratégie décalée, il m’a fallu économiser du gazole en fin de relais ce qui explique mon rythme légèrement plus lent par la suite. La bonne info que nous retirons de ce week-end, c’est que le pneu medium 2009 de Michelin nous permet de tenir un double-relais ici alors que ce n’était pas le cas l’an passé.”

 

Nicolas Minassian, 1er en LMP1 : “Mon relais s’est très bien passé et j’ai pu construire une petite avance sur Marc Gene. Cela s’explique par le choix de deux stratégies différentes entre nos deux voitures.”

 

Christian Klien, 1er en LMP1 : “Bien sûr que nous avons montré notre potentiel réel. Nous ne ressentons pas trop l’effet des 30 kg car l’équilibre de la voiture reste bon.”

 

Olivier Quesnel, directeur de Peugeot Sport : “Pour nous, cette course constituait avant tout une séance d’essais grandeur nature mais c’est bon de gagner ! Je suis désolé pour David Brabham qui a commis une erreur qui a coûté beaucoup de temps à la n°9. Mais je suis un peu surpris des 4 minutes de Stop & Go qu’il a reçues à cette occasion. Nos deux voitures étaient sur deux stratégies différentes : des softs sur l’une (la n°7, NDLR) et des mediums sur l’autre. Le but était de pousser les pneus jusqu’au bout d’un double-relais sur chaque voiture pour en retirer des enseignements en vue du Mans. L’équipe a œuvré dans la sérénité et n’a commis aucune erreur lors des ravitaillements. En stratégie également, nous avons été bons ce qui n’était pas toujours le cas auparavant. La gestion des phase de safety-car, par exemple, a été très bonne. La Pescarolo a été proche de nous durant toute la course durant toute l’épreuve ce qui prouve que l’équivalence est bien faite” (Moue réprobatrice de Jean-Christophe Boullion placé à côté d’Olivier…)

 

Christophe Tinseau, 2ème en LMP1 : “Je suis content d’être parvenu à regagner une place dans mon dernier relais après en avoir perdu une à Barcelone… Je suis resté 3H30 environ au volant d’affilée. C’est dur mais mon kiné est content ! Lorsque l’on m’a dit que je repartais avec des pneus neufs pour un deuxième double-relais, j’ai été surpris. Ca a été un peu long mais c’était bien pour se préparer au Mans !”

 

Jean-Christophe Boullion, 2ème en LMP1 : “J’ai connu un problème au départ avec l’Aston Martin et c’est dommage car j’ai ainsi bêtement perdu du temps. Mais je dois vraiment féliciter le team car l’équilibre de la voiture était vraiment bon et j’ai pris beaucoup de plaisir à piloter.”

 

Tomas Enge, 3ème en LMP1 : “C’est un rêve que ça se termine ainsi après un week-end aussi difficile. Nous avons encore connu quelques soucis lors de la course mais je dois malgré tout remercier le team pour nous avoir permis de décrocher un résultat inespéré.”

 

Stefan Mücke, 3ème en LMP1 : “Le début de course a été chaud car je suis parti des stands en pneus froids. Puis le contact avec l’Audi a un peu détruit le bon équilibre de la voiture. Le problème, c’est que nous avons trainé cela tout au long de la course. C’est dommage car nous aurions pu aller plus vite.”

 

Jan Charouz, 3ème en LMP1 : “Je crois que c’est le pire week-end que j’ai jamais connu en Le Mans Series. La pluie a perturbé nos essais, au point que j’ai eu peu de temps de roulage. Nous avons ensuite du changer de moteur et donc partir des stands. Puis nous avons connu une course très dure. Finir troisième dans ces conditions tient du miracle.”

 

Kristian Poulsen, 1er en LMP2 : “La dernière neutralisation m’a donné une fin de course extrêmement difficile à gérer pour moi qui n’avait jamais conduit la RS Spyder en course ! Cela a été très chaud.”

 

Casper Elgaard, 1er en LMP2 : “Je dois adresser un très grand bravo à Kristian pour avoir su résister à Benjamin en cette fin de course. C’est incroyable pour quelqu’un qui connaissait si peu la voiture. Cela parachève au mieux une journée parfaite.”

 

Benjamin Leuenberger, 2ème en LMP2 : “J’aurai pu passer Kristian sans cette séance safety-car mais au restart, j’ai perdu trois secondes. J’ai poussé très fort mais avec le trafic, je n’ai pas pu le déborder. Je dois adresser toutefois un grand bravo au team pour avoir reconstruit la voiture après notre sortie de piste au Bugatti.”

 

Xavier Pompidou, 2ème en LMP2 : “Je suis relativement content même si c’est toujours frustrant de terminer second pour 6 dixièmes de seconde… Nous n’avons connu qu’un petit problème avec le capot avant qui se détachait légèrement mais nous aurions tout de même dû nous imposer en fin de course.”

 

Giacomo Piccini, 3ème en LMP2 : “Ce que j’ai vécu au Raidillon en fin de course est vraiment terrifiant mais ça s’est bien terminé. Nous ne savons pas encore si c’est la crevaison qui a provoqué le tête à queue ou si c’est l’inverse mais l’essentiel est d’avoir conservé la troisième place. C’est bien car nous nous améliorons à chaque course et nous menons le championnat. Nous ne nous y attendions pas.”

 

Luc Alphand, 1er en GT1 : “Nous avons su très bien gérer les safety-cars et il le fallait car nous nous savions moins rapides que la Lamborghini sur cette piste. Mais la Corvette est d’une fiabilité redoutable et nous avons pu nous imposer en évitant les nombreux accidents qui ont eu lieu. Ca me fait du bien après Barcelone ou je me sentais si coupable. Là, je suis plus relax !”

 

Peter Kox, 2ème en GT1 : “Nous ne pouvons qu’accepter la victoire du team de Luc. Elle est méritée car leurs pit-stops ont éte meilleurs que les notres. C’est un bon team et malgré notre capacité à rouler plus vite, nous n’avons rien pu faire.”

 

Alex Muller, 3ème en GT1 : “Nous avons le rythme nécessaire pour nous battre mais nous avons connu un petit problème technique, un souci avec le moteur qui s’est arrêté. Nous avons donc changé le boitier de gestion électronique du moteur et nous avons pu nous relancer. L’essentiel, en vue du Mans, est bel et bien que nous ayons terminé la course avec une voiture intacte…”

 

Marc Lieb, 1er en GT2 : “Il y a eu énormément d’évènements au cours de cette course et nous avons eu notre part avec la crevaison. Elle a failli nous coûter la victoire. La voiture n’était pas parfaite au départ mais nous avons pu améliorer le set-up en cours d’épreuve. Je dois aussi féliciter Richard qui a été fantastique.”

 

Richard Lietz, 1er en GT2 : “Il y a eu tellement d’incidents mais les pilotes protos poussent vraiment très forts, voire trop. Je les comprends mais il ne faut pas aller trop loin surtout que de notre côté, nous passons notre temps à surveiller les rétros…”

 

Antonio Garcia, 2ème en GT2 : “Nous n’avons quasiment pas eu l’occasion de rouler sur le sec et l’absence de warm-up ne nous a pas arrangé. Malgré tout la voiture était assez bien réglée grâce au team. Nous devons toutefois encore beaucoup travailler pour combler le petit écart qui sépare de nos adversaires.”

 

Rob Bell, 3ème en GT2 : “Nous ignorons encore la raison pour l’instant, de notre problème de roues suite à notre pit-stop. C’est très frustrant pour nous car nous y perdons nos chances. Mais c’est également très dommageable pour les spectateurs car ils auraient dû voir une superbe bagarre pour la victoire de catégorie en fin de course !”

 

Propos recueillis par Laurent Chauveau

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet