European Le Mans Series

Speedy/Sebah : Une journée dans les ateliers du team… (part1)

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Après la journée passée avec le Team ORECA-Matmut la semaine dernière, Endurance-Info est parti à la découverte d’un autre futur grand animateur du LMP1 et du LMP2, le Speedy Racing/Team Sebah. Il y a quelques temps, vous aviez déjà pu découvrir en avant-première les ambitions de l’équipe via une interview d’Alexandre Pesci. Cette fois, c’est en Angleterre que nous nous sommes rendus, plus précisément dans les ateliers du team.

 

Après un rapide vol Marseille/Londres (Gatwick) en compagnie de Stephan Gervais (Directeur de la communication), place aux petites routes anglaises. La localisation des ateliers, dans une sorte de petit hameaux, n’a rien à voir avec le Technoparc du Mans ou le parc d’activités de Signes. Sans la présence de deux remorques, nous aurions davantage misé sur une grande bâtisse. C’est en effet un bâtiment dans le style britannique qui abrite les ateliers du Team Sebah. Arrivé à bon port, une première chose nous surprend : à côté de la remorque Speedy/Sebah, se trouve une autre aux couleurs de… Lister ! La vitrine laisse d’ailleurs entrevoir une Storm GT, une GTL, ainsi qu’une LMP. Il faut en fait prendre une petite porte sur le côté pour accéder aux ateliers.

 

C’est le patron du Team Sebah qui nous accueille chaleureusement, Hugh Hayden. La Lola B08/80 est à un mètre à peine, tandis que la B08/60 est un peu plus loin. Nicolas Prost moule sous baquet sous le regard de Alexandre Pesci, le patron du Speedy Racing, Steve Clerici (Directeur marteking), ou encore Marcel Fässler et Benjamin Leuenberger.

 

Lola Aston Martin Speedy SebahAprès une bonne poignée de mains avec les mécaniciens, place à la visite. La pièce principale abrite donc les deux châssis Lola. Engagée l’an dernier en LMP2, la B08/80 n’est pas totalement montée : coque et moteur uniquement. L’équipe est en fait en attente du package aéro, qui devrait arriver la semaine prochaine. La B08/60 à moteur Aston Martin a rejoint l’atelier cet hiver, Alexandre Pesci l’ayant acheté au Charouz Racing. Si son assemblage est plus avancé, le team attend également les nouvelles carrosseries. Elles ne seront peut être pas encore arrivées d’ici les Essais Officiels du HTTT. Le reste de l’espace est occupé par bon nombre de pièces détachées, dont des roues, des triangles de suspension ou encore des capots. Ceux de 2008, qui ne serviront plus compte tenu du changement de réglementation. L’équipe a par ailleurs reçu ses deux “cabines de stand” type F1, qui seront équipées d’un système laser permettant aux ingénieurs situés sur le muret de recevoir immédiatement les données.

 

Au fond à gauche, se situe une pièce “étanche” pour l’assemblage des boîtes de vitesse. La finition des rapports de boîte est impeccable et à l’image de l’atelier : parfaitement clean ! Cette même pièce contient également un banc moteur, qui n’est pas utilisé pour le moment. Au fond à droite, la porte donne sur la vitrine que nous avions vu à notre arrivée. Si Lister loue désormais les locaux au Speedy Racing/Team Sebah, il reste donc trois voitures à l’échelle 1, de nombreuses miniatures et des coupes, beaucoup de coupes. Non loin du bureau se trouve un dessin de la Pescarolo. Mais où est-elle cette Pescarolo qui n’a jamais pris la piste ? Et bien dans la remorque située devant le garage ! Pour finir la visite, il faut monter les escaliers et passer à l’étage, où il y a essentiellement des bureaux… et deux capots arrières. Eux aussi ne serviront plus !

 

Dans ces bureaux se trouve au même moment Andrea Belicchi. Après une saison en LMP2, le pilote italien a suivi le mouvement de l’équipe et passera dans la catégorie reine. Profitons-en pour une première interview de la journée. Elle s’achève au moment où l’un des mécaniciens nous appelle pour le lunch : timing parfait !

 

Le repas, il se fait à la bonne franquette, entre les pilotes, les dirigeants et les mécanos. L’occasion de faire le point sur les dernières rumeurs, mais aussi de faire le point avec Hugh Hayden. L’achat de la Lola-Aston et donc la mise en place d’un double programme a nécessité quelques modifications au niveau de l’organigramme : six employés sont désormais à temps plein, contre trois en 2008. Et sur les courses, ils seront 22, soit près du double que l’année précédente. Ses « gars », Hugh les a recruté avec une philosophie : il les connaît et sont expérimentés. Certains ont évolué chez Lister, d’autres avaient déjà travaillé pour l’équipe en GT2. Quant aux autres, ils ont tous du vécu. Gary Richardson, dit Gaza, sera toujours le chef mécanicien, lui qui a débuté chez McLaren en 1995. Damien Lewis, dit Damo, officiera sur la “grande”, tandis que Gary Greenstreet supervisera la “petite”. Les deux jumelles justement, elles sont plus différentes qu’il n’y paraît. En fait, c’est bien simple : à part la monocoque, le team a pu constater que tout était différent ! Capot avant, crash box, suspensions, boîte, acquisition des données etc. Pas un seul élément est commun ! Profitons-en pour signaler que la gestion de la boîte de la B08/80 ne sera plus assurée par Motec mais par Mégaline.

 

Le repas terminé, c’est donc au tour de Marcel Fässler de se prêter au jeu de l’interview. L’occasion d’évoquer le programme très chargé du suisse. Après un ultime réglage, Nicolas Prost a finalisé son baquet et il répond également à nos questions. Nous finissons par évoquer la manière d’obtenir la nationalité suisse (qu’il n’a pas encore malgré 25 ans passés là-bas !). Surprise, il faut passer une sorte de concours afin de vérifier que la personne possède une culture suffisante du pays !

Pour la suite de l’article, cliquez ici. Tous les photos, ici.

Anthony Megevand

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet