Le Mans

Analyse de la Journée Test : LMP1, LMP2 !

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

On avait pris l’habitude depuis plusieurs années de voir une Peugeot 908 en haut de la feuille des temps lors des différentes séances d’essais des 24 Heures du Mans. Lors de la Journée Test, Peugeot n’a pas gardé cette habitude, laissant les deux chronos les plus rapides aux Audi R18 TDI. Si Peugeot et ses 908 comptaient une course dans les jambes avec les 12 Heures de Sebring, le grand rival Audi faisait pour sa part débuter sa toute nouvelle R18 TDI. La première demi-séance donnait déjà le ton avec le meilleur chrono à mettre à l’actif de Romain Dumas : 3.27.900. On pensait même en début d’après-midi que la messe était dite, avec l’arrivée de la pluie, mais elle n’a pas duré. C’est finalement le recordman de victoires de l’épreuve mancelle, Tom Kristensen, qui se rappelait au bon souvenir de ses adversaires en bouclant le meilleur tour de la journée en 3.27.687, soit 128 millièmes de mieux que la voiture sœur (n°1) de Mike Rockenfeller. Aux dires des pilotes de la marque aux quatre anneaux, le but n’était pas d’aller chercher la performance, mettant les bons chronos sur le fait que les pilotes ont eu peu de trafic en piste à ce moment.

 

Seul Stéphane Sarrazin au volant de la Peugeot 908 n°8 (Sarrazin/Davidson/Montagny) est venu quelque peu troubler la suprématie teutonne en se hissant au troisième rang en 3.27.876. Pourtant, une alerte moteur a obligé le Team Peugeot Total à changer le moteur de la 908 en fin de matinée. Si Audi a dominé cette Journée Test, Peugeot n’est toutefois pas en reste puisque deux 908 sont dans la même seconde que la R18 TDI de Kristensen, avec la n°8 de Pagenaud/Bourdais/Wurz qui a terminé à 617 millièmes de l’Audi. Il n’y a que la n°7 (Gené/Lamy/Minassian) qui est reléguée plus loin dans le classement à près de cinq secondes. C’est aussi sur la n°7 que Jean-Karl Vernay (pilote de réserve) a bouclé ses dix tours réglementaires, le meilleur en 3.42.861. Dans le clan adverse, Marco Bonanomi a également effectué sans encombre ses dix tours (cinq sur la n°3 et cinq sur la n°2). Bref, les deux constructeurs disent avoir seulement voulu travailler pour préparer la course, sans vouloir rechercher à tout prix le temps canon. Les choses seront différentes dans moins de deux semaines à Spa lors du second round de l’Intercontinental Le Mans Cup. La marque au Lion repart tout de même de la Sarthe avec les autos les plus rapides en vitesse de pointe : 340.5 km/h pour Montagny et 338.6 km/ pour Gené et Wurz.

 

Avec ce duel entre Peugeot et Audi, il ne faut surtout pas occulter le Team ORECA-Matmut et sa Peugeot 908 HDi FAP, créditée d’un bon 3.31.141. Loïc Duval et Nicolas Lapierre ont bouclé une centaine de tours, sans rencontrer le moindre problème. Le team varois s’est appliqué à suivre son programme et c’est en leader du championnat Intercontinental Le Mans Cup que le Team ORECA-Matmut arrivera en Belgique pour les 1000 km de Spa.

 

Du côté des « essence », Pescarolo Team Autovision a bouclé les tests en tête, avec les 6 Heures du Castellet déjà dans les jambes. Manu Collard a été le plus rapide du trio à près de 9s du chrono de l’Audi de tête, de quoi faire râler (à juste titre) les mécontents de l’équivalence. Comme quoi une équivalence restera toujours une simple équivalence… Rebellion Racing s’est pour sa part attelé à valider son nouveau kit aéro, avec une alerte pour Andrea Belicchi et la casse du demi-train arrière de la n°13. C’est finalement Neel Jani sur la voiture sœur qui a été le plus rapide des deux Lola-Toyota B10/60 de l’équipe suisse. Si Pescarolo Team Autovision et Rebellion Racing sont dans des chronos quasi similaires, OAK Racing est aussi dans le bon tempo. L’écurie sarthoise comptait mettre à profit cette Journée Test pour valider le nouveau kit aéro et son fameux « aileron à bulles ». La OAK-Pescarolo n°18 de Lahaye/Moreau/Ragues a permis de voir que l’équipe technique est dans la bonne direction, avec des temps comparables à ceux de ses adversaires. De quoi nourrir de gros espoirs pour Spa ! Kronos Racing était pour sa part l’invité de dernière minute, avec une Lola Aston Martin managée par Marc VDS Racing Team. Ce n’est que dans l’après-midi que l’on a réellement vu l’auto en piste, avant des soucis de fuite du réservoir. Rookie dans la Sarthe, Maxime Martin n’a pas mis longtemps à s’adapter au pilotage d’un prototype, avec un 3.41.654. Il faudra cependant attendre un éventuel forfait pur voir Ickx/Martin/Leinders au départ.

 

On passera sur les Aston Martin AMR-One qui n’ont fait qu’une brève apparition en piste, où Darren Turner, sur la n°007, a bouclé six tours, le meilleur en 3.51.568. Pas beaucoup mieux pour Christian Klien avec un tour de plus. Et la n°009 me direz-vous… Seulement deux tours pour Harold Primat ! De quoi faire un peu peur à seulement sept semaines de la classique mancelle. Il ne faudrait pas que les 1000 km de Spa se transforment en une autre séance d’essais, comme ce fut le cas au Castellet. Quant à la ORECA Swiss HY Hybrid/Hope Racing, elle a effectué une vingtaine de tours dans l’après-midi, de quoi donner du baume au cœur à l’équipe qui travaille d’arrache pied pour mettre ce projet sur de bons rails. Que dire de la prestation de la Zytek 09H Hybride alignée par Mik Corse, avec quatre tours au compteur pour Giacomo Piccini. L’Italien n’est donc pas qualifié, tout comme Ferdinando Geri et Maximo Cortes qui eux n’ont pas roulé du tout. Rappelons que l’auto est seconde sur la liste des suppléantes. Précisons enfin que Highcroft Racing et Quifel ASM Team n’étaient présents pour la Journée Test.

 

LMP2 : Une course qui s’annonce indécise…

Tenant du titre dans la Sarthe, Strakka Racing n’a pas répondu présent, laissant ses adversaires en découdre. Après des 6 Heures du Castellet et un peu plus d’ouverture au niveau des brides, on pensait que les moteurs HPD seraient un peu plus sur le devant mais rien n’y fait. On cache son jeu chez HPD ? Christophe Bouchut (Level 5 Motorsports) a eu beau faire parler l’expérience mais rien n’y a fait, la Lola-Coupé restant dans le peloton, tout comme la HPD/RML championne en titre de la Mans Series. Les HPD étant hors du coup, ce sont les ORECA 03 qui ont monopolisé les premières positions, notamment celle de Signatech Nissan et le trio Mailleux/Ayari/Ordonez. C’est d’ailleurs ce dernier qui impressionne avec une faculté d’adaptation assez bluffante pour sa troisième année de compétition. La ORECA 03 du Team ORECA-Matmut a elle aussi roulé sans encombre avec un Alex Prémat en capitaine de route et un Dominik Kraihamer qui a parfaitement tenu son rôle de rookie. Quant à David Hallyday, il devra pallier son absence dominicale avec un maximum de roulage lors des essais de juin. TDS Racing et Race Performance ont aussi montré de belles choses, sachant que la première équipe citée n’est pas sélectionnée, mais souhaitons que ce ne soit que partie remise, le trio ayant bouclé les dix tours. Marc Rostan a pour sa part fait connaissance avec la ORECA 03/Race Performance.

 

La menace pourrait bien venir de la Zytek-Nissan/Greaves, victorieuse au Castellet. Tom Kimber-Smith a fait parler la poudre avec le troisième temps de la catégorie, alors que Alex Brundle a fait ses tours obligatoires dans un rythme qui n’est pas sans rappeler celui de son illustre père et il ne serait pas étonnant de les voir les Brundle Sr et Jr réunis en 2012. Dix tours et 3.45.520 pour le jeune britannique. Sur le podium des 12 Heures de Sebring, OAK Racing n’avait dépêché qu’une seule OAK-Pescarolo pour ces tests (alors que deux sont sélectionnées aux 24 Heures), avec comme objectif majeur de qualifier Patrice Lafargue et Andrea Barlesi. Mission accomplie sans problème ! Cependant, il faudra trouver des pilotes déjà qualifiés pour composer l’équipage de la seconde auto. Le trio de la Lola B11/40 du Pecom Racing n’a pas démérité, avec à la tâche Pierre Kaffer, Luis Perez-Companc et Mattias Russo. AF Corse prouve si besoin en était que son équipe est au point pour s’occuper d’un prototype. Sur la Norma MP200P/Extreme Limite AM Paris, Fabien Rosier a été le plus en verve avec 28 tours couverts pour le rookie. Philippe Haezebrouck s’est également qualifié, tout comme Jean-René de Fournoux. En LMP2, il ne manquait donc à l’appel que la HPD ARX-01d du Strakka Racing.

 

Un mot tout de même sur les trois équipes Formula Le Mans qui ont relevé le défi de venir se mesurer aux autres catégories. Les trois ORECA-FLM 09 ont tenu leur rang, avec la meilleure performance pour JMB Racing et Olivier Lombard. Genoa Racing n’a pas été en reste, notamment avec Nicolas De Crem, venu boucler ses dix tours. Idem pour Hope Racing et Nicolas Marroc.

 

Nous conclurons par un rappel du règlement édicté par l’Automobile Club de l’Ouest en fin d’année : « Dans le cadre déjà connu de l’introduction d’un nouveau moteur moins puissant, le but est d’empêcher que les temps au tour soient inférieurs à 3.30 sur le Circuit des 24 Heures. » Une Journée Test plus tard et on voit les neuf premiers en moins de 3.30. Le législateur impose, le concurrent dispose… Rendez-vous en juin pour une course qui s’annonce disputée !

 

Laurent Mercier

 

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet