Le Mans

Les points négatifs de la 79ème édition des 24 Heures du Mans.

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Après les côtés positifs de ces 24 Heures du Mans, faisons un petit point sur les choses qui nous ont semblé négatives, en commençant par un billet d’humeur du côté de la catégorie GT. On regrettera que les GTE n’aillent pas plus vite. Plusieurs pilotes nous ont confié ne prendre aucun plaisir au volant. Les châssis des autos sont bons, mais la réglementation fait que les GTE sont bridées, ce qui en devient même dangereux, avec des écarts de vitesse de plus en plus importants. On ne comprend pas trop non plus les histoires de GTE-Pro et de GTE-Am. En fait, c’est la voiture qui est « Am » et les pilotes qui sont « Pro ». Vous me suivez ? Pour preuve, Michael Waltrip et Robert Kaufmann qui roulent en Le Mans Series avec une F430 alignée en GTE-Am se retrouvent en GTE-Pro sous prétexte qu’ils sont au volant d’une Ferrari F458, qui est un modèle 2011. Ne serait-il pas plus judicieux que mettre certains équipages en GTE-Am, et ce même avec une auto 2011. Idem pour l’équipage de gentlemen drivers de la Lotus Evora n°64 qui sont en GTE-Pro. Il n’est pas rare d’entendre des pilotes de protos pester contre certains gentlemen qui ont des trajectoires un peu alambiquées. Quand on écoute les pilotes GT, eux se plaignent de l’arrogance des pilotes de protos, qui ne doutent de rien et qui tentent des dépassements plus que osés. C’est un peu 50/50… N’oublions pas que les pénalités sont quasiment inconnues en Europe, contrairement aux Etats-Unis où tout est sanctionné. C’est au pilote proto de prendre ses dispositions pour n’accrocher personne sous peine de sanction, sachant en plus que les Porsche Cup sont acceptées et que les tracés sont bien plus sinueux. Pour s’en convaincre, la dernière manche du Championnat du Monde GT1 à Silverstone où les sanctions ont été quasiment nulles.

 

C’est bien de faire les dix tours réglementaires lors de la Journée Test pour se qualifier, mais un vrai temps pivot ne serait pas de trop. Avec l’arrivée d’un Championnat du Monde d’Endurance, il va falloir faire cohabiter toutes les catégories. Le GTE-Am, c’est bien mais pas à n’importe quel prix… On ne jugera pas l’accident entre Allan McNish et Anthony Beltoise, ni celui de Mike Rockenfeller et Robert Kaufmann, mais on ne peut rien reprocher au pilote Luxury Racing, surtout que c’est loin d’être un débutant. On peut par contre affirmer que c’est un miracle que personne n’ait été sérieusement blessé. Une fois partie en tête à queue, la R18 a flotté comme sur l’eau avant de rebondir sur le muret pour échouer sur la pile de pneus. Là aussi il va falloir se poser les bonnes questions.

 

Dans le second cas, le pilote de la Ferrari s’est plaint des feux à LED des Audi où il n’est pas facile d’évaluer la distance et la vitesse de l’auto qui fond sur les GTE. Pas mieux pour les rétroviseurs des F458 qui sont juste là pour servir de miroirs de courtoisie. C’est un miracle que Rocky s’en sorte à bon compte, car on peut vous dire qu’à la vue de la première image de la R18 n°1, tout le monde en salle de presse a eu très très très peur pour l’Allemand. Les pilotes de protos vous diront que certains pilotes GT sont dangereux et les pilotes GT vous diront que les pilotes de prototypes font n’importe quoi avec des dépassements à l’emporte-pièce. Bref il n’est pas facile de contenter tout le monde, mais il va tout de même falloir se pencher sur le problème avant 2012. On passera aussi sur le fait que certaines GTE jouent les chicanes mobiles. Le Mans n’est pas une kermesse où on peut faire tout et n’importe quoi, sous prétexte d’avoir de la diversité. Il est clair que certains pilotes de prototypes tentent des dépassements osés. On l’a vu en début de course avec une Peugeot 908 qui est passée dans un trou de souris entre deux autos, le tout sous le regard inquiet de Olivier Quesnel. Alors un peu de calme des deux côtés et la cohabitation n’en sera que plus belle.

 

Pour le reste, on aurait aimé en savoir un peu plus sur le Championnat du Monde d’Endurance qui reste pour le moment encore un peu flou, même à l’issue de la conférence de presse en présence de Jean Todt et de Jean-Claude Plassart. Finalement, on en sait pas plus que le communiqué diffusé avant Le Mans. On regrettera que la première question posée au Président de la FIA ait concerné la F1 et le Grand Prix de Bahrain. Qu’en sera-t-il aussi des Le Mans Series ? Il est clair que les deux championnats feront bande à part en 2012 et que les LMP1 ne devraient plus être acceptés. Des billets d’entrées pour les 24 Heures du Mans seront-t-ils toujours attribués ? La série pourra-t-elle garder le nom de Le Mans Series ? Idem de l’autre côté de l’Atlantique.

 

Carton rouge à Aston Martin Racing et ses deux AMR-One qui ont effectué à elles deux six tours de piste. Il faudra fiabiliser l’auto et le moteur pour l’avenir, sachant que c’est un programme sur trois ans. Les acquéreurs des AMR-One doivent pour le moment s’arracher les cheveux en attendant des jours meilleurs. On regrettera également le comportement de quelques pilotes Peugeot, en bouchonnant l’Audi victorieuse le dimanche matin. On a déjà vécu pareille situation à Zhuhaï l’an passé et on ne peut pas dire que ce soit très fair play. Autre déception, l’équivalence revue à quelques semaines de la course et qui au final n’a aucunement changé la donne. Ah une dernière chose pour dire que le conférence de presse des vainqueurs a été très prisée, ce qui n’a pas été le cas des autres catégories. Audi vs Peugeot, Peugeot vs Audi. Quid des autres ?

 

Laurent Mercier

 

 

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet