European Le Mans Series

Sam Hancock : "Les choses ont nettement changé pour Jota."

thumbnail
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Le Team Jota AMR alignait cette année une Aston Martin Vantage GT2 en Le Mans Series, dans la catégorie GTE-Pro, la Vantage ayant également participé aux 24 Heures du Mans 2011, toujours en GTE-Pro. Le team britannique, à la suite d’un accord avec Aston Martin Racing, devait passer en 2012 et 2013 en LMP1, mais les déboires de l’AMR-One ont tout remis en question, comme nous l’a expliqué Sam Hancock, pilote et cadre du Jota AMR.

 

Sam, le passage en LMP1 est-il annulé ou repoussé ?

« Oui, tristement, les plans de Jota pour revenir dans la catégorie LMP1 l’année prochaine avec l’AMR-One ont été annulés conjointement avec la décision d’Aston Martin Racing de retirer la voiture de la compétition et d’annuler son programme de développement. Malheureusement la voiture n’était ni compétitive ni fiable comme tout le monde l’espérait, aussi une étude a été entreprise pour évaluer le développement nécessaire pour y remédier et malheureusement le coût en était prohibitif.”


“Evidemment, ceci  change très nettement  les choses pour Jota et beaucoup de discussions sont maintenant en course quant au nouveau programme. Vous aurez constaté que les plans d’AMR sont désormais concentrés sur la  catégorie GT et bien sûr Jota a été inclu dans ces discussions mais rien n’a encore été décidé. Aussi, à ce stade de la saison, j’ai bien peur que nous n’ayons pas de nouvelle à communiquer.”

 

Que pensez-vous de votre saison 2011 ?

« Pour ce qui est de la saison 2011 avec la Vantage, j’ai vraiment, vraiment apprécié. C’est sûr que cela a été parfois difficile, particulièrement au Mans où nous avons abandonné au bout de six heures seulement, mais je considère l’année dans son ensemble de manière très affectueuse car cela nous a demandé d’aller au fond de nous-mêmes et de nous battre pour rendre performante une voiture qui n’avait subi aucun développement et qui était censée courir contre des voitures toutes nouvelles et au développement poussé comme les Ferrari F458, les BMW, les Porsche, etc. De fait, si vous examiniez de près les chronos pendant la plupart des courses -particulièrement à Estoril- vous vous rendriez compte que notre rythme était très souvent proche, ou le même,  que celui des leaders de la course et personnellement j’en retire beaucoup de plaisir. C’est le résultat en droite du ligne du travail du team avec les outils qui lui a été donné, des performances de mon coéquipier Simon Dolan, à un niveau largement au-dessus de ce qu’on pourrait attendre d’un pilote avec seulement trois années d’expérience en course; des pneus Dunlop qui, à mon avis, étaient plus performants que les Michelin sur la durée d’un relais, et peut-être un petit peu de moi, une fois que j’aie appris à adapter mon style de pilotage à la voiture.”


“Si je devais critiquer mes performances cette année, je dirais que je n’ai pas tiré tout ce que j’aurais pu des pneus en qualification dans certaines courses et cela en des occasions où la voiture manquait simplement de balance. J’aurais dû rester calme et accepter la voiture telle qu’elle était, plutôt que d’essayer de rechercher davantage de performances, ce qui fait que j’ai pu parfois surpiloter.”


“D’un autre côté, ce que j’ai le plus apprécié néanmoins, c’était de se battre comme les meilleurs teams et pilotes mondiaux dans la catégorie GTE-Pro. Quand le niveau de la compétition est si relevé, cela vous force à élever votre propre niveau et  à travailler dur pour gagner chaque dixième. C’est certain que cela rend les choses très difficiles pour rentrer à la maison avec un trophée, mais pour moi, c’est ce que doit être la vraie compétition.”


“Aussi j’espère que quoi qu’il se passe la prochaine saison nous serons encore opposés aux tout meilleurs. Je souhaite à vos lecteurs un excellent hiver. »

 

Propos recueillis par Claude Foubert

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet