Le Mans

Spyker déclaré en banqueroute

10_Lm_Pesagel_Spyker
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Spyker a été officiellement déclaré en banqueroute jeudi 18 décembre aux Pays-Bas. Un moratoire avait été accordé récemment, le 2 décembre, à Spyker N.V. et ses filiales Spyker Automobielen B.V. et  Spyker Events & Branding B.V., mais le financement temporaire nécessaire n’a pu être réuni et ce moratoire s’est donc transformé en banqueroute.

Spyker Cars N.V. avait été fondée en 1999 par Victor R.Muller, la nouvelle entité reprenant le nom  de Spyker, une société néerlandaise fondée à la fin du XIXème siècle et qui avait fait faillite en 1926.

Depuis 2010, la firme était  en grande difficulté. Elle avait acheté Saab, la firme suédoise étant déclarée en faillite un peu plus tard. Spyker se tourna alors vers la Chine pour obtenir des liquidités mais elle rentra en conflit avec General Motors.

Spyker, constructeur de voitures de prestige, était venu rapidement à la compétition. La première apparition d’une Spyker au Mans remonte à 2012 avec une Spyker C8- Double 12-R  officielle, suivi d’un autre engagement en 2003, la C8 étant propulsée par un moteur Audi 4 litres. Spyker est revenu en 2005, le fameux Spyker Squadron engageant cette fois une C8 Spyder GT2-R, toujours en catégorie GT2, le Spyker Squadron engageant deux C8 GT2-R, à moteur V8 Audi 3,8l, suivi de deux nouveaux engagements de C8 GT2-R en 2007. En 2008, Snoras Spyker Squadron engage une C8 Laviolette à moteur V8 Audi 4 litres qui sera engagée de nouveau en 2009, mais avec un bloc 3,8l, la  meilleure année pour Spyker au Mans avec une cinquième place en GT2 pour le  trio Tom Coronel/Jeroen Bleekemolen/Jaroslav Janis. La dernière apparition du Spyker Squadron au Mans a eu lieu en 2010, toujours avec une C8 Laviolette, Coronel et Bleekemolen étant cette fois associés à Peter Dumbreck, la voiture étant 27ème de la course et dernière classée.

Victor R. Muller ne jette cependant pas totalement l’éponge, déclarant notamment, en reprenant une phrase de Winston Churchill : « Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement.” Victor Muller poursuit le but d’une association avec un avionneur spécialisé dans le domaine de l’électrique afin de pouvoir développer dans le future des Spyker électriques de haute technologie, Victor Muller rappelant la devise de Spyker : “Nulla Tenaci Invia est Via” (pour les tenaces, nulle route n’est infranchissable »).  

 

Publicité

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Publicité

Sur le même sujet